La Tortuga et le légendaire

Pourquoi La Tortuga s’intéresse-t-elle d’aussi près aux récits légendaires ?

Le légendaire est conçu pour organiser un espace restreint (l’espace environnant le village dans les sociétés traditionnelles). Il constitue une forme de mise en ordre du chaos naturel qui entoure la communauté. De source anonyme, les légendes peuvent en ce sens être assimilées à de véritables objets d’organisation territoriale puisqu’elles permettent de mettre du sens et de nommer les éléments qui sont autour de nous. Systématiquement rattachées à un territoire, elles sont toujours en lien avec la réalité d’une époque ou d’un lieu particulier qui s’inscrit dans la géographie de ce territoire. Si leur transmission se fait d’ordinaire par voie orale, il n’est pas rare de les trouver sous la forme écrite. En constante évolution, elles sont objets de variantes et parfois même d’innovations apportées par les transmetteurs qui se sont succédé au fil du temps. Les légendes nous invitent à plonger au cœur de croyances parfois très anciennes et dévoilent la sacralité des lieux qui nous entourent.

Capture d’écran 2016-04-04 à 09.56.38

Le légendaire pour mieux comprendre qui l’on est, où l’on vit et avec qui

Les légendes nous invitent à interroger les spécificités de l’environnement naturel et culturel dans lesquels nous évoluons, tout en révélant le caractère partagé et universel des questions et préoccupations que la présence de l’homme en ces lieux suscite. Elles contribuent, par leur existence et transmission, à l’élaboration d’un récit collectif, d’un langage commun dont l’expression la plus aboutie repose, selon La Tortuga, sur l’expérience du rapport à l’espace et au corps.

Réinvestir l’espace,

Suspendre le temps par la mise en acte,

Et si les légendes nous invitaient tout simplement à réincarner notre propre présence au monde ?

Capture d’écran 2016-04-04 à 09.57.20

Éditer un livre-CD

« Légendes et Causses – Les gens des Causses » constitue un espace de convergence où s’entremêlent plusieurs univers : la dimension écrite (les récits sont retranscrits en français mais aussi en occitan), l’illustration, la photographie, la dimension orale (CD audio permettant d’entendre les histoires racontées en français et en occitan). Réécrit en langue française, chaque récit est accompagné d’extraits de collectage (certains apportent de nouveaux éléments et plongent le lecteur dans l’ambiance de la rencontre, d’autres permettent de situer le conteur/la conteuse dans son contexte culturel). Les histoires, telles qu’elles ont été transmises en occitan, apparaissent, quant à elles, à la fin du livre. D’un point de vue général, les récits choisis mettent en scène des personnages tels que les fadarelles (les fées, en français), les géants ou les trèves. Ils évoquent aussi la présence de trésors cachés ou celle de curiosités naturelles dont ils proposent une interprétation tout à fait singulière. Photographies et illustrations s’entremêlent, quant à elles, tout au long du livre, projetant le lecteur à la frontière entre le réel et l’imaginaire, l’amenant à s’interroger sur la part d’humanité contenue dans les personnages légendaires, et la part légendaire accordée aux habitants des Causses.

Capture d’écran 2016-04-04 à 09.57.40

Les ateliers pédagogiques

Les récits légendaires permettent non seulement d’ouvrir les portes de l’imaginaire, mais aussi d’interroger les pratiques, les représentations sociales et la dimension symbolique des sociétés qui les ont produites et/ou transmises. Appliquées à ces récits, les approches géographique (topographie, hydrologie, géologie), historique, linguistique, philosophique, sociologique, ethnologique, artistique, etc., suscitent, chez les plus jeunes, d’autant plus d’intérêt qu’elles prennent corps et sens sur un espace proche, accessible et qui les concerne directement.

De nombreux ateliers sont réalisés par La Tortuga dans les écoles de la région avec pour objectifs et selon le cas, de :

  • produire, inventer un récit à partir d’éléments donnés;
  • comprendre que ces récits ont une fonction pour la communauté, qu’ils ne sont pas figés mais en constante évolution et sont objets de variantes, parfois même d’innovations apportées par les transmetteurs qui se sont succédé au fil du temps ;
  • faire l’expérience du récit.

Capture d’écran 2016-04-04 à 09.58.06

Une exposition autour du livre

Une exposition consacrée au livre permet, tout en favorisant la transmission des récits, de pénétrer dans les coulisses du processus de création éditoriale.

Les originaux des illustrations de l’ouvrage  donnent ainsi à voir les différentes techniques utilisées par Perrine Boyer, notamment le collage de photographies sur fonds très colorés.

Suspendues dans les airs, des photographies imprimées sur toile transparente renvoient     au lien à l’espace et aux habitants, dévoilant ainsi le visage de certains paysages légendaires mais aussi des conteurs qui ont transmis les récits du livre.

Des plaques OFF SET et tirages grand format permettent de plonger au cœur du processus d’impression de l’ouvrage.

Un coin audio invite, via la mise à disposition d’un lecteur CD  et d’un casque, à la découverte des récits du livre.

Créés, en 2009 à l’occasion du Festival « Millau les pieds sur Terre », des « paravents » proposent, quant à eux, une autre interprétation esthétique des récits.

Capture d’écran 2016-04-04 à 09.58.12

Une conférence

Plus qu’une simple conférence sur le thème des récits légendaires, cette intervention réalisée à plusieurs voix (l’ethnologue Katia Fersing/la conteuse Malika Verlaguet/le linguiste Jacques Astor), a pour objectif d’associer le public autour de la démarche éditoriale de « Légendes et Causses ». Le collectage, les récits, le processus de création mais aussi les intentions qui en ont motivé la réalisation sont tour à tour pointées du doigt.  Cela permet de connaître tout le déroulé d’une recherche jusqu’à sa phase ultime : la publication.

Capture d’écran 2016-04-04 à 09.58.24

Des balades contées

Animés par l’envie d’aller voir de plus près les lieux dont parlent les légendes, La Tortuga organise des balades contées qui mènent les marcheurs sur les différents sites évoqués par les récits légendaires. Enveloppés dans leur marche par la musique et les histoires racontées tantôt en français tantôt en occitan, les participants plongent au cœur des paysages et de l’imaginaire caussenards.

Un spectacle vivant

Une création est actuellement en cours de réalisation autour des récits légendaires.

Publicités